Alerte de niveau jaune pour la pollution atmosphérique aux particules PM10 - Commune de Bidon


Vous êtes ici : Alerte de niveau jaune pour la pollution atmosphérique aux particules PM10


Lundi 22 février, les concentrations de particules PM10 sont en nette augmentation ce matin en lien avec une masse d’air chaud en provenance du sud chargée de particules d’origine désertique.

La hausse a d’abord été observée sur la partie ouest de la région, notamment dans quelques secteurs auvergnats, ainsi que dans les bassins stéphanois et lyonnais. D’après les modèles de prévision, la partie est de la région sera touchée à son tour en journée alors que l’Auvergne deviendrait moins exposée.

Cette situation motive la vigilance pollution sur la partie rhônalpine de la région, car il existe un risque de franchir le seuil d’information pour les particules PM10 (50 µg/m3 en moyenne sur 24 heures) pour de nombreux territoires.

Mardi 23 février, la masse d’air chaud devrait se dissiper vers le nord-est de la région et la qualité de l’air devrait par conséquent progressivement s’améliorer. Toutefois, les concentrations pourraient rester assez élevées au moins une partie de la journée sur le sillon alpin et les zones alpines.

Merci de consulter la préfecture de votre département pour connaître les recommandations à suivre et les éventuelles actions obligatoires de réduction des émissions.

Recommandations sanitaires et comportementales

Se protéger pour limiter mon exposition

A noter : au delà des effets à court terme lors des épisodes de pollution, les principaux impacts de la pollution de l’air sur la santé sont liés à l’exposition continue, tout au long de la vie.

Populations vulnérables : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrante pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

Populations sensibles : personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple : personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).

JPEG - 35.8 ko
essai